Inscription à la newsletter  
 

Le cloud computing

Date:

On le présente souvent comme une évolution majeure pour l'informatique des entreprises, et - comme toute nouveauté - il soulève de nouveaux problèmes juridiques.


Cet anglicisme ne signifie rien d’autre que nuage informatique, ou nuage virtuel.

Pour bien comprendre, traditionnellement les données informatiques sont localisées sur des serveurs locaux ou sur le poste de l'utilisateur. Avec le cloud computing, les données informatiques sont déportées sur des serveurs distants de stockages et de traitements informatiques. Il s’agit d’une réelle « machine virtuelle ».

Le cloud computing présente des avantages. Il se caractérise notamment par sa portabilité (on peut travailler n’importe où) et sa pérennité (on peut dupliquer les fichiers à l’infini). Néanmoins, des problèmes se posent quant à la protection des données, contrôlée par la CNIL. De plus, les relations sont contractualisées dans des contrats de service. Or si le contrat n’est pas reconduit, on se trouve face à un problème de réversibilité, c’est-à-dire de récupération des données en cas de non reconduction.

Le cloud computing est donc une avancée considérable, s’incrivant dans l’évolution des systèmes informatiques vers la virtualisation, mais il soulève de nouveaux problèmes. 

 


Permalien:


Partager cette fiche sur Facebook


Retour


Remonter