Inscription à la newsletter  
 

L'EDITO DU MOIS - Daté du 04 septembre 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 06 juillet 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 10 juin 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 mai 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 avril 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 07 mars 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 février 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 janvier 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 décembre 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 novembre 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 14 juillet 2011

La présomption pas si innocente que ça

par Daphné Belot


   La présomption d’innocence a récemment été placée au centre de l’attention : il en est ressorti que certains semblent la considérer comme un sujet polémique ou comme une simple formalité de procédure, qui ne concernerait alors que les hommes de loi.
Il est pourtant crucial de rappeler que la présomption d’innocence n’est pas un débat, mais une réalité, légitime et installée depuis plus de deux siècles dans nos systèmes démocratiques, et qu’elle concerne, à chaque fois qu’il en est question, la société dans son ensemble : elle doit être respectée partout et par tous, et non uniquement dans les prétoires et par les magistrats.

Définition de la présomption d’innocence

   Pierre angulaire des systèmes judiciaires démocratiques, garante de la liberté avant et pendant le procès, la présomption d’innocence a été en France proclamée à l’article 9 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, puis rappelée par la Constitution de 1958. Elle fait également l’objet d’un consensus à l’échelle européenne, puisque la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales la mentionne à l’article 6-2.

   La loi présume que toute personne accusée d’avoir commis une infraction est innocente, jusqu’à ce que la preuve contraire soit rapportée : avant d’être déclaré coupable, un accusé est donc a priori regardé comme étant innocent.
On ne peut en effet considérer un individu coupable à la légère, sur une simple impression, même lorsqu'il existe des indices allant en ce sens ; encore faut-il pour cela que la Justice dispose des preuves de sa culpabilité et le prononce coupable.
Ceci tient au fait que la présomption d’innocence ne se confond pas avec la vraisemblance de l’innocence, mais s’applique de façon uniforme et systématique sans que n’interviennent le bon sens, la morale, ni même la logique.

   La présomption d’innocence est une notion tout à fait contre-intuitive, justement parce qu’elle n’a rien à voir avec l’intuition de tout un chacun, mais constitue une protection automatique et objective. Respecter la présomption d’innocence ne signifie pas croire, dans son for intérieur, que la personne est innocente, mais signifie seulement ne pas la présenter comme coupable dans l’espace public.

Que signifie en pratique être présumé innocent ?

   La présomption d’innocence a pour effet premier de dispenser la personne poursuivie d’établir son innocence : c’est à l’accusation de démontrer la culpabilité.
L’accusation doit rapporter la preuve d’un élément légal, c’est à dire qu’elle doit établir que les faits reprochés sont incriminés par la loi et qu’ils ne sont pas prescrits.
L’accusation doit également rapporter la preuve de l’élément matériel, c’est à dire la preuve de la commission de l’infraction par la personne poursuivie.
Enfin l’accusation doit prouver ce que l’on appelle l’élément moral de l’infraction : l’intention qu’a eu la personne poursuivie de commettre l’infraction s’il s’agit d’une infraction intentionnelle (exemple : homicide volontaire), ou sa négligence qui a conduit à l’infraction en cas d’infraction non intentionnelle (exemple : homicide involontaire).
A chaque étape, la personne poursuivie peut rapporter la preuve de son innocence en réponse, mais ce n’est pas à elle de prouver, d’entrer de jeu, son innocence.

   Autre conséquence majeure de la présomption d’innocence, qui lui donne tout son sens : la loi du 15 juin 2000 interdit en France la diffusion de l’image d’une personne menottée ou placée en détention provisoire dans l’attente de son procès, lorsque celle-ci est reconnaissable. Il faudra alors crypter ou couvrir son visage.
Le but poursuivi est ici de ne pas nuire à l’honneur en présentant comme coupable une personne qui n’a pas encore été jugée, et qui est donc présumée innocente. Il est certain qu’une personne affichée comme coupable aura souvent de grandes difficultés à recouvrer son honneur et sa crédibilité, dans sa vie personnelle comme dans sa vie professionnelle, quand bien même elle serait par la suite déclarée innocente.
La violation de la présomption d’innocence, lorsqu’elle bénéficie d’une importante exposition médiatique, cause en effet des dommages irréparables, puisqu’elle nuit de façon irréversible à l’image d’un individu : c’est afin d’empêcher cela que la présomption d’innocence implique que soit  protégée l’image de l’accusé.


   Bien plus qu’une simple protection de l’accusé, la présomption d’innocence constitue surtout la garantie d’une Justice démocratique : à ce titre, elle ne concerne pas uniquement celui qui est inculpé, mais l’ensemble de la société. Sa violation est donc immédiatement préjudiciable à tous.

 

L'EDITO DU MOIS - Daté du 10 juin 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 25 avril 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 mars 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 février 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 janvier 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 04 décembre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 novembre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 octobre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 mai 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 31 mars 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 mars 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 07 février 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 janvier 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 13 décembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 novembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 30 septembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 27 septembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 mars 2009