Inscription à la newsletter  
 

L'EDITO DU MOIS - Daté du 04 septembre 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 06 juillet 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 10 juin 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 mai 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 avril 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 07 mars 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 février 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 janvier 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 décembre 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 novembre 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 14 juillet 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 10 juin 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 25 avril 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 mars 2011

Usurpation d'identité : un double maléfique

 

 par Guillaume Iribarne

 

 

  Le projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure intitulée Loppsi 2, institue une pléthore de dispositions hétéroclites comme par exemple l'extension de la vidéo-surveillance, le renforcement des pouvoirs des policiers municipaux et le filtrage de l'Internet sans contrôle préalable du juge, mesure qui fait l'objet d'un examen devant le Conseil constitutionnel notamment en raison de son coût élévé et de son utilité critiquée par l'opposition. On trouve également l'introduction du délit d'usurpation d'identité, c'est à dire le fait se faire passer pour quelqu'un d'autre pour lui nuire, en utilisant des informations relevant de son identité.  Ainsi, l' article 2 de cette loi applicable également à l'Internet, prévoit que le « fait d’usurper l’identité d’un tiers ou une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération ou ses intérêts, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 20 000 € d’amende ».

 

  C'est l'occasion de rappeler que l'usurpation d'identité n'est pas qu'une hypothèse réservée aux films d'espionnage ou aux canulars téléphoniques, puisqu'elle représente environ 212 000 cas par an selon les chiffres d'un rapport du CREDOC de 2009, ce qui serait plus fréquent que les cambriolages et les vols de voiture. L'usurpation représenterait environ 440 millions d'euros par an, avec gain moyen de 2200 euros par usurpation, principalement via l'obtention d'un prêt ou de prestations sociales, ou le retrait d'espèces d'un compte, entraînant des interdictions bancaires. Le plus souvent, les personnes usurpées se rendent compte de l'arnaque bien après sa commission.

 

Les différentes techniques d'usurpation

 

  Les usurpateurs nécessitent des informations personnelles souvent anodines, tels que le nom, le prénom, le numéro de sécurité sociale, la date de naissance et le lieu de naissance. Les procédés qu'ils utilisent sont variés. Il peut s'agir de la fouille des poubelles pour trouver des documents d'assurance, relevés de compte, ou le vol de courrier. Il s'agit parfois de l'œuvre d'un proche. Ils utilisent également le « phising », c'est à dire que l'usurpateur va prendre contact avec vous en se faisant passer pour une personne de confiance (banque, caisse d'assurance, etc.) en utilisant notamment une fausse adresse mail, en vous redirigeant vers un faux site sur lequel vous rentrerez vos informations personnelles, ou encore vous envoyant un virus informatique présent sur votre ordinateur qui enregistrera et enverra vos codes et informations au pirate. Il paraîtrait même qu'un système d'enlèvement de profils Facebook avec rançon ont été mis en place. On n’est pas au Mexique, mais presque !

 

  Dans de nombreux cas, ces informations vont servir à l'obtention d'une fausse carte d'identité. En effet, lors de la perte ou du vol d'une carte d'identité les mairies exigent uniquement une attestation de perte ou de vol obtenue par l'usurpateur auprès d'un commissariat, ainsi qu'un justificatif de domicile qui peut être falsifié à partir des informations glanées, et deux photos d'identité. Une fois muni de cette fausse carte d'identité à son effigie, l'usurpateur va pouvoir passer certains contrats à vos dépends !

 

Une répression aléatoire et les conseils sécurité

 

  Auparavant, seules les conséquences de l'usurpation étaient sanctionnées, par le biais d'autres textes comme ceux de l'escroquerie, la diffamation, ou l'atteinte à la vie privée, avec une application récente à l'usurpation du profil d'Omar (du SAV des émissions de la chaîne cryptée), ou encore  les atteintes aux systèmes de traitement automatisé des données. Mais leurs conditions d'application étaient parfois difficiles à mettre en oeuvre.  A ce propos, les nouvelles lois du genre de Loppsi 2 font souvent l'objet de vives critiques : elles viendraient ajouter de nouvelles dispositions pas assez mûries à d'autres textes qui pouvaient déjà s'appliquer, venant encore aggraver l'inflation législative. Ce nouveau texte n'ayant encore jamais fait l'objet d'une application concrète, accordons lui donc le bénéfice du doute et attendons de voir s'il est efficace.

 

  Toujours est-il qu'il vaut mieux prévenir que guérir. Les principes de sécurité à appliquer sont donc les suivants. Penser à détruire consciencieusement et non pas seulement déchirer tous vos documents personnels, se méfier des sollicitationss d'informations par téléphone ou mail surtout lorsque votre interlocuteur vous presse de faire un choix ou vous annonce que vous allez perdre des droits, plus largement lorsque la sollicitation semble être du chantage. Veiller à la sécurité de son PC, surtout en présence de virus, en mettant notamment en place des mots de passe élaborés (du type « javFG84f : j'ai vu Forrest Gump 84 fois »)  bien meilleurs que le trop répandu « 123456 ». Cela peut paraître fastidieux, mais lorsque l'on sait qu'environ un cas d'usurpation sur deux reste impuni faute d'en avoir trouvé l'auteur, cela vaut peut être la peine que l'on s'y intéresse pour ne pas finir comme le pauvre « Colonel Chabert ».

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 février 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 janvier 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 04 décembre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 novembre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 octobre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 mai 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 31 mars 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 mars 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 07 février 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 janvier 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 13 décembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 novembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 30 septembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 27 septembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 mars 2009