Inscription à la newsletter  
 

L'EDITO DU MOIS - Daté du 04 septembre 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 06 juillet 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 10 juin 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 mai 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 avril 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 07 mars 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 février 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 janvier 2012

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 décembre 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 01 novembre 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 14 juillet 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 10 juin 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 25 avril 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 mars 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 février 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 janvier 2011

L'EDITO DU MOIS - Daté du 04 décembre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 novembre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 octobre 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 05 mai 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 31 mars 2010

Faut-il sauver le thon rouge ?

par Anne Michel

 

Poisson d'avril ? A coup sûr, la volonté affichée des 27 États de l'Union européenne d'interdire la commercialisation du thon rouge pourrait le faire déserter de nos dos et de nos assiettes d'ici peu de temps. Alors que s'est close le 25 mars 2010 la Convention internationale sur le commerce des espèces menacées (CITES) au cours de laquelle fut débattue la question de l'inscription de plusieurs espèces marines (dont le thon rouge) au nombre des produits de la mer interdits à la commercialisation, la polémique semble toujours aussi vive.

La surpêche du thon rouge en Méditerranée et en Atlantique est un vrai fléau environnemental. A maintes reprises, WWF a fait part de ses inquiétudes et alerté l'opinion publique. Ainsi, dans une étude intitulée ''Le pillage des Thons rouges en Méditerranée et Atlantique Est en 2004 et 2005 – la vraie histoire révélée", l'association exposait les ravages de la pêche illégale, acharnée et incontrôlée sur cette espèce.

En dépit de la réglementation émise par la Commission Internationale pour la Conservation du Thon en Atlantique (l'ICCAT), dont l'Union européenne est membre, la pêche du thon en Méditerranée et en Atlantique est encore largement anarchique. Ainsi, les États contreviennent régulièrement aux quotas définis par l'ICCAT, participant de la sorte à l'extinction de cette espèce. En 2008, le quota de pêche du thon rouge était fixé à 28.500 tonnes. Ce sont finalement 60.000 tonnes qui furent pêchées.

Aussi, afin d'endiguer les risques pesant sur la pérennité de cette espèce, la principauté de Monaco et l'Union européenne, haussant le "ton", ont proposé à Doha l'interdiction de la commercialisation du thon rouge. Proposition rejetée le jeudi 18 mars par la majorité des États représentés au CITES, se rangeant sous la bannière du leader de pêche du thon rouge, plus grand consommateur de ce poisson, le Japon. Si le rejet de cette proposition est regrettable, on peut toutefois être rassuré par la bonne volonté des États détracteurs de l'interdiction de la commercialisation de ce thonidé de maintenir l'ICCAT !

Quels enjeux se cachent derrière la question de l'interdiction de la commercialisation du thon rouge ? Ils sont duels et, nécessairement, inconciliables. Face aux intérêts économiques réunissant les intérêts des pêcheurs, des restaurateurs (principalement restaurants de sushis), des consommateurs (résiduels mais qu'il ne faut pas oublier) et avant tout ceux des États, la préoccupation environnementale et le souci de protection de cette espèce menacée semblent bien peu de chose. La pêche du thon rouge représente une manne financière pourvoyeuse d'emploi non négligeable. Aussi, dans le contexte actuel de crise, un frein supplémentaire dans l'activité économique nationale est peu prisé des dirigeants.

Et pourtant, le droit de l'environnement devrait nous enjoindre de prendre de telles mesures. Ainsi, le principe de précaution et les normes mondiales consacrant la biodiversité devraient conduire la communauté internationale à prendre les mesures adaptées à la conservation de cette espèce. Et si son irresponsabilité est constatable aujourd'hui, elle ne doit pas être un frein à l'intervention future du législateur français et à l'action européenne qui, tout en tenant compte des incertitudes scientifiques et des discours interrogeant la véracité de l'extinction à court terme du thon rouge, pourraient développer un plan de protection adéquat et proportionné de cette espèce.

Une fois de plus, face à la nature, l'homme doit prendre ses responsabilités et faire un choix : celui de l'économie ou bien celui de l'environnement. Gageons que la réponse adoptée ne sera pas celle qui aurait dû l'être.

 

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 mars 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 07 février 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 03 janvier 2010

L'EDITO DU MOIS - Daté du 13 décembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 02 novembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 30 septembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 27 septembre 2009

L'EDITO DU MOIS - Daté du 08 mars 2009